Appel à communications

Les dominations au cinéma et dans la photographie

La domination est un fait traditionnellement traité par la sociologie ? Comment actualiser les façons d’en rendre compte? Rares sont les films ou les photographies qui n’abordent pas la question de la domination de manière explicite ou implicite. Le champ des possibles pour les interventions à ce colloque dans le cadre de la sociologie visuelle et filmique est immense. Ils seront à l’œuvre dans le temps, dans l’espace, dans le genre, dans les formes d’écriture. Cet appel ne décline pas une typologie, celle-ci s’élaborera au fil des réponses des chercheurs.

Les communications porteront sur le faire et/ou sur l’analyse de films (fiction, documentaire ou de recherche) ou de photographies existantes. Elles favoriseront la compréhension de l’apport de l’image, du son dans les recherches sur ces thématiques.

La domination est une situation, un rapport, une relation entre groupes ou entre sujets. Elle est à la fois un fait objectif et possède des dimensions subjectives et affectives qui en font un objet universel. La domination est intangible, mais pourtant perceptible ou ressentie, la plupart du temps. Comment rendre visible une dimension souvent implicite des rapports sociaux, des rapports humains ? Quels sont les éléments, les comportements, les signes, les attitudes, etc. qui permettent de voir, de constater, d’enregistrer et de montrer les dominations dans les différents champs du social ? Les communications analyseront les manières dont sont portées à l’écran (fiction, documentaire, photo) les rapports de domination. Les auteurs pourront aussi à partir d’images et de sons personnels revenir sur les questions posées aux différentes étapes de la fabrication des images et des films (construction préalable, captation, montage, etc.) pour faire état de ces dominations.

Le sociologue, le photographe, le cinéaste entrent, la plupart du temps, dans un rapport de domination avec leur sujet-objet. Comment le chercheur-cinéaste, le chercheur-photographe construit-il son rapport à l’autre, filmé/photographié ? Par ailleurs, cette relation mérite une analyse approfondie pour saisir les biais introduits par l’observation et la captation : d’une part, en transformant la situation analysée, d’autre part, en ne publiant qu’une partie des choses vues et des faits constatés ou vécus. Ainsi, le photographe ou le cinéaste n’a-t-il pas tendance à masquer une part des rapports de domination afin de ne pas stigmatiser le dominant ou, à l’inverse, le dominé-victime de la situation ? S’agit-il d’une  juste retenue ou d’une faiblesse de positionnement dans sa recherche ou face à l’ordre social ? Une approche visuelle et/ou filmique modifie-t-elle notre manière de penser les dominations en « mettant en scène » dominants et dominés ?