Paris FMSH 2013 : Le montage entre film rêvé et film réalisé

 

 Le montage en tant qu’ « écriture » (qui inclut la dimension de l’image animée et celle de la photographie) est suffisamment problématique pour nous permettre d’aborder la question du film sociologique de manière concrète (en y incluant l’échange d’expériences des collègues des disciplines connexes: anthropologie, ethnologie, histoire qui ont un passé plus ancien que le nôtre et qui ont été confrontés à ces problématiques). L’organisation des sessions laisse place aux projections de films, de séquences et/ou plans significatifs.

                                                       Mercredi 9 janvier 2013
9h30-13h:

Joyce Sebag: Introduction: Le montage dans le documentaire sociologique

Session 1 : Le montage comme écriture

Discutant : Habib Tengour

Les images de repérages : un support à la réflexion ou déjà des séquences de film ? Les allers-retours montage-tournage. Questions rencontrées : rythme, ellipses, choix des images, des plans, durée.

–        Anne-Marie Granié et Jean-Pascal Fontorbes: « Mise en scène de l’identité socio professionnelle et territoriale, aux frontières du cinéma et de la sociologie ». Film présenté: Terroir, Territoire Aubrac Portrait (42′)

–        Réjane Vallée : Un raccord ou juste un raccord, essai de typologie des raccords dans le montage d’entretiens (Extraits 10’)

–        Jean-Pierre Lenoir : Sounou Sénégal (53’), Montage et temps filmique.

14h15 – 18h45

Session 2 : Les méthodes de travail et les différentes étapes du montage

                                        Discutant : Jean-Paul Gehin

Monter seul-e. La relation monteur/sociologue-scientifique dans la fabrication du film. Consensus et dissensus sur la résolution des problèmes. La distanciation au cours des visionnages de rushes. L’écriture sonore. Le film comme travail collectif. Le visionnage de travail, quelle place pour le regard extérieur ? Ce qu’il change dans le rapport des sociologues à l’image, dans la diffusion des travaux.

–        Sylvia Calle et Jean-Pierre Durand : La frontière floue, l’accompagnement pédagogique dans le processus de montage du film sociologique, Le but du jeu de Mathieu Grosmarie (25’ avant et après montage)-

–        Alexandra Tilman et Jocelyn Robert : De l’audible au sensible, le montage son dans le cadre d’un film de thèse en sociologie (Extraits 20’)

–        Yannick Lebtahi et Tiphaine Zetlaoui : Les collectionneurs de la guerre 14/18 : de l’étude de cas au canevas théorique (Extraits 10’)

–        Mina Saidi-Sharouz et Mina Jabbari : Nayère, les chants de la liberté, 52’, La question de la langue pendant le montage

Jeudi 10 janvier 2013

9h30-13h

Session 3 : Monter la photographie

Discutant : Sylvain Maresca

Dans le film, dans le multimédia. Les séries photographiques et leur montage. Le montage photographique dans les travaux scientifiques. Les rushes et les photographies qu’on n’utilise pas…

–        François Cardi, Splendeurs et misères de la planche-contact

–        Sylvaine Conord, Le montage photographique dans les travaux scientifiques

–       Virginie Villemin, Du noème « Ça a été » de R.Barthes à la disjonction cinématographique : Recherche d’une appréhension du passé et d’une subjectivité du réel.

–        Nadine Michau et Céline Assegond, La mémoire ouvrière de la ville de Vierzon, montage iconographie, photographies passées et présentes dans un film d’entretiens

14h15-18h45

Session 4 : Écriture sociologique, écriture filmique

Discutant : Florent Gaudez

Traduire la complexité du regard sociologique dans un film. Les tensions entre problématiques sociologiques et narration filmique. La construction d’un récit au montage : une fiction avec des matériaux documentaires ? La fabrication d’associations/connexions entre des matériaux documentaires disparates

–        Christine Louveau, L’importance créative dans le travail de montage, Wagenburg leben in Berlin (30’) réalisé par Jean Arlaud.

–        Jacques Lombard : La vie au grand air (38’), réflexion sur l’écriture filmique.

–        Manon Ott et Gregory Cohen, Narmada (45’), Tensions entre regard analytique et expression artistique. Une connaissance du monde par le sensible est-elle possible ?

19h-19h30

Travaux de synthèse du groupe de travail sur les potentialités du montage. Propositions de  suites à donner à ces journées.